Image

Publications

Image
Image

21 septembre 2022

photo 1Connaissez-vous la petite rue Antoine Fonlupt dans le quartier du Grand Trou ? Elle prend naissance route de Vienne peu après le square du 14e régiment de Zouaves et débouche dans la rue Pierre Delore en face du portail de l'ancien cimetière de la Madeleine. Le nom d'Antoine Fonlupt lui a été donné en 1946. Elle s'appelait auparavant rue (ou chemin) de la Croix-Mathon, mais si la rue voisine dite de la Croix-Barret a gardé sa croix et son nom, la croix Mathon n'a pas laissé de trace et son nom s'est effacé des mémoires.

L'histoire d'Antoine Fonlupt, résistant assassiné par un milicien en 1944, est bien documentée par une notice du site internet LE MAITRON. On y apprend que la famille  Fonlupt atenu un café dans les années 1930 au 93 route de Vienne (Lyon, VIIIe) aujourd'hui disparu. La mère d'Antoine est décédée à cette adresse en 1937, alors qu'il avait 17 ans. En 1943, il « demeurait avec son père, 135 route de Vienne (Lyon, VIIIe arr.) » En fait, à l'époque, cette portion de la route de Vienne se trouvait dans le 7e arrondissement, puisque le 8e n'a été créé qu'en 1959.

photo 4 reduiteQuand on cherche à localiser le n° 93, avec Google maps ou en se rendant sur place, on est vite déçu. En effet, la numérotation des maisons, côté impair, s'interrompt entre le 91 où se trouve un immeuble d'habitation et le 97 qui correspond au restaurant le Phil des Saveurs. Les n°s 93 et 95 n'existent plus. Le pâté de maisons qui se trouvait à cet endroit a été démoli, sans doute pour élargir le carrefour avec la rue du Repos. Cette démolition est certainement postérieure à 1937, date du décès de la mère d'Antoine Fonlupt, mais la date précise resterait à établir.

Aura-t-on meilleure chance de découvrir le 135 route de Vienne, où Antoine Fonlupt et son père vivaient en 1943 ? Eh bien non ! Pas de 135, car la numérotation s'interrompt aussi entre le 129 qui jouxte la pharmacie Triolaire et le 145 qui correspond au magasin Intermarché. Les n°s 131 à 143 ont disparu.

Mais tout n'est pas perdu. On dispose d'une précieuse carte postale représentant une vue de la route de Vienne dans les années 1930-40. Au centre, on voit clairement l'auvent en toile d'une devanture portant le nom FONLUPT et on peut situer, à hauteur de la voiture, le n° 129 toujours existant ; il n'a d'ailleurs pas beaucoup changé depuis l'époque de la photo. Les n°s 131 et 133 correspondaient vraisemblablement à des habitations situées en retrait de l'arbre, et il n'y a guère de doute que le n° 135 leur faisait suite : c'est là que se trouvait le deuxième café Fonlupt, là où Antoine vivait avec son père en 1943, en pleine guerre.

Placette de la Poste
Comment ne pas être ému devant cette photo, et triste, parce qu'aujourd'hui il ne reste rien de ce lieu ? Il a été détruit entre 1972 et 1974 pour créer une placette à l'angle de la route de Vienne et de la rue Fonlupt. Deux vues prises du même lieu montrent le changement intervenu entre ces deux dates. La placette existe toujours. Elle est souvent encombrée par le stationnement des voitures. Elle est parfois le théâtre d'incivilités et de dégradations. Une réflexion est en cours pour améliorer son aspect et son usage.

photo 2 reduiteAprès avoir retrouvé la trace du café Fonlupt, une autre recherche reste à faire : retrouver la tombe d'Antoine Fonlupt au nouveau cimetière de la Guillotière. Une photo de cette tombe figure dans le site internet Maquis Rhône-Azergues. On y découvre aussi, avec émotion, un portrait d'Antoine Fonlupt inséré dans une plaque déposée sur la tombe par des membres de sa famille. Si vous parvenez à localiser cette tombe, merci de nous le faire savoir.

Michel Locatelli

21 septembre 2022

Chaque semaine, le bibliobus stationne dans votre quartier. Une semaine sur deux, le mardi entre 16h et 18h, le bibliobus est rue de Champagneux, devant l’école M. Bordas. La semaine suivante, il vous attend le jeudi, place Belleville, devant l’école P. Delorme entre 16h et 18h15.

15 septembre 2022

Reportage sur France 3 (l'histoire de la création de ce journal de quartier) : https://youtu.be/Xnmz5DVrq1Y

Le dernier numéro LE GRAIN A MOUDRE est disponible chez les commerçants, sur le marché de la Place Belleville, à l'Espace des 4 vents, à l'espace associatif Albert Laurent.

 

Au sommaire du #6 :

- L'édito

- Des nouvelles du café associatif : il faut être vigilant dans les prochaines semaines

- Dans le rétro

- Des QR Codes dans le quartier 

- Dans l'histoire

- AGENDA

 A consommer sans modération.

22 juin 2022

Il paraît bien étrange ce portail monumental encastré dans l'enceinte du nouveau cimetière de la Guillotière, rue Pierre Delore. Son style rappelle l'antiquité grecque, mais son histoire ne remonte pas aussi loin. Il a été installé en ce lieu en 1866, mais il n’avait pas été prévu à l'origine pour cet emplacement. C'est un portail qui a voyagé. Il provient d'un autre cimetière aujourd'hui disparu : le cimetière de la Madeleine.Porte de l'ancien cimetière de la Madelaine, aujourd'hui rue Pierre Delore dans le nouveau cimetière de la Guillotière

Le cimetière de la Madeleine avait été créé en 1695, sur le territoire de la Guillotière, en plein champ, par les recteurs de l'Hôtel-Dieu, car l'hôpital manquait de place pour enterrer ses morts. Il se situait à l'emplacement de la résidence universitaire (CROUS), 59 rue de la Madeleine dans le 7e arrondissement.

Au fil du temps, avec l'urbanisation croissante de la rive gauche du Rhône, la capacité du cimetière de la Madeleine s'est révélée insuffisante. En 1822, on a ouvert un autre cimetière, aujourd'hui connu sous le nom d'ancien cimetière de la Guillotière, puis celui-ci devenant à son tour trop petit, on a créé le nouveau cimetière de la Guillotière qui a reçu ses premières sépultures à partir de 1859.

Le vieux cimetière de la Madeleine a cependant perduré pendant quelques années. En 1823 son entrée a été ornée d'un portail majestueux, et lorsqu'il a été définitivement abandonné, en 1866, le portail a été démonté et on l'a réinstallé là où il se trouve aujourd'hui, rue Pierre Delore, qui s'est longtemps appelée route de Vénissieux.

Porte du Cimetière des Hospices Civils de Lyon, rue Pierre Delore, dans les années 1970Ce portail donnait alors accès au cimetière des Hospices Civils de Lyon qui constitue une enclave au sein du nouveau cimetière de la Guillotière, mais cet accès est aujourd’hui condamné. Ce monument ne fait l'objet d'aucun classement, d'aucune protection. On peut le regretter, car il représente un des rares éléments de patrimoine de notre quartier. Son décor est particulièrement soigné et vaut le détour. La symbolique religieuse est bien visible mais elle reste sobre : croix, couronne mortuaire, couronnes d'étoiles qui rappellent le ciel. Et l'on remarquera aussi des médaillons représentant des mufles de lion, thème décoratif très fréquent à Lyon jusqu'au XIXe siècle, homonymie oblige.

Compte tenu de son histoire et de sa qualité architecturale, ce portail mériterait d'être préservé et régulièrement entretenu. Car le temps fait son œuvre inexorable : sous la peinture la rouille s'installe et les inscriptions gravées sur l'entablement sont devenues presque illisibles. En voici le rappel, avant qu'elles ne s'effacent complètement :

côté rue :
          HIC PAUPER GRATUS DEO
          IN OPES AETERNAS
          MISERIAM CONVERTIT
                               Ici le pauvre reconnaissant à Dieu convertit sa misère en d'éternelles richessesFronton intérieur de la porte de l'ancien cimetière de la Madelaine

côté cimetière :
         ANIMAS PAUPERUM TUORUM
         NE OBLVISCARIIS IN FINEM
                             N'oublie pas dans la mort les âmes de tes pauvres

Les pauvres savaient-ils lire le latin et pouvaient-ils se consoler de telles annonces ?

Michel Locatelli

Source : Ancien cimetière des hospices de Lyon dit cimetière de la Madeleine : 1695-1866, par Birot Joseph, 1907

Détail du fronton de la Porte de la MadeleineDétail de la porte du cimetièreDétail de la féronnerie de la porte du cimetièreUne des rossaces à tête de Lyon, portail de l'ancien cimetière de la Madelaine

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner